Le président du WAC : «Drogba n’a jamais été président de ce club»

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Koné Aboubakar s’est lâché. Le président du Williamsville Athletic Club (WAC) a tout dit sur la nature des relations entre Didier Drogba et son club. 

À la question de savoir si Drogba était-il le Boss de Williamsville Athletic Club (WAC), l’actuel Président de cette équipe, Koné Aboubakar, Sans langue de bois, s’est exprimé au micro d’André Boua.

Invité de l’émission «Sans langue de Boua» d’André Boua sur la page Facebook Vibe Radio, le Président Williamsville Athlétic Club (WAC), Koné Aboubakar, n’avait visiblement pas la langue de bois. Sans faux-fuyant, le Boss du WAC s’est lâché face à André Boua.

Le Patron du club Abidjanais a dit sa part de vérité sur la polémique relative à la Présidence du club gérée par Didier Drogba, «Faux» a rétorqué l’actuel n°1 du club de WAC, Koné Aboubakar qui fait savoir : « Le WAC est une association qui appartient aux fondateurs, une famille et une association ne peut s’ériger en action », dit-il avant de faire quelques éclairages : « Le WAC vient en 2011 avec des actionnaires Norvégiens qui voulaient restructurer le club. Il a fallu 5 ans de test. C’est pendant ces 5 ans qu’arrive Drogba pour acheter des parts dans la société Norvégienne, c’était 35% de part dans la société Norvégienne, pas dans le WAC. Il achète des parts dans la société Norvégienne et le contrat est clair. Ces actions-là appartiennent aux Norvégiens. Il devait y injecter du fond après pour le fonctionnement, ce qui n’a pas été fait », a confié l’ancien collaborateur de Drogba.

Le premier responsable du club de WAC a dévoilé ce qu’il a reçu de Didier Drogba : « Après l’achat des actions, il devait y avoir le suivi du fonctionnement. Ce que j’ai reçu des mains du représentant de Didier Drogba, c’est 3 millions 160.000 Frs. Ce n’est pas suffisant et ça n’a pas été suivi à mon humble avis », a signifié celui qui a décidé de rouler pour la liste «Rassembler pour développer» de Yacine Idriss Diallo. Par Enzo Dia