Polémique sur Ahoco : Safarel raconte comment il en a souffert

Vibe Radio

Facebook Email Print Twitter Addthis Addthis

Près de deux mois après les vives polémiques sur son concept dansant Ahoco, Safarel Obiang crache ses vérités.

La sortie de son concept dansant AHOCO avait fait grand bruit et suscité de vives spéculations dans l’univers du show-biz ivoirien. N’empêche que le prodige du coupé décalé fut désigné des semaines plus tard, meilleur artiste de l’année au PRIMUD 2019.

Au lendemain de la sortie de son new concept de fin d’année, intitulé «Chaka Zulu», l’initiateur des concepts à succès, «Tchintchin» et «Manger Ch…», a bien voulu évoquer cette période d’agitation, durant laquelle il avoue avoir été «touché».

Le lauréat du PRIMUD 2019 dit ses vérités au site internet de Vibe radio.ci « J’avoue que ça m’a énormément peiné et touché. J’ai trouvé cela vraiment mesquin. Ça m’a fait de la peine pour le coupé décalé, mais ça ne m’a pas ébranlé et empêché de travailler. Car moi Safarel, j’ai un mental fort », a laissé entendre l’artiste coupé décalé.

Safarel fait cette confidence : « Je me suis mis dans la peau d’un autre artiste ivoirien qui débarque dans le milieu de la musique, et à qui cela était arrivé. Imaginez-vous ce que cela aurait eu comme impact dans sa carrière. Il pouvait même se suicider. Moi, je suis resté fort et le public ne fait que me réclamer », a indiqué l’inspirateur de Chaka Zulu. Enzo Dia